Comment dire ...

Publié le par Sekhmet

kill_your_thoughts_by_hotdevilcold.jpg

 

Que je vais mal, sans donner l’impression de m’apitoyer sur mon sort !


J’ai toujours peur de parler de mes difficultés. De mes craintes et surtout de mes angoisses.

J’ai peur d’ennuyer et de saouler les gens.

 

 

Que j’ai besoin d’un homme dans ma vie sans jouer à la nana en manque d’affection !


Oui j’ai besoin d’un homme.

Rien que pour me réparer ma chasse d’eau qui fuit, mon interrupteur qui ne fonctionne pas etc.

Oui j’ai besoin d’un homme contre lequel je pourrais me blottir les soirs où je me sens seule, avec lequel je pourrais refaire le monde, ou même m’engueuler. 

 

 

Que cette fille habitant à des milliers de km me manque et que je me réjouis de la revoir sans pour autant paraître insensible à la situation qu’elle est entrain de vivre ! 


C'est une amie, une grande amie, parmis les plus proches...

et elle me manque cruellement et pourtant je sais que je n’ai

pas le droit de me réjouir de son retour vu les circonstances.

Mais au fond de moi je suis contente, contente de la voir, de partager avec elle.

Suis-je mauvaise ?

 

 

Que j’ai des difficultés financières qui me rongent depuis des semaines sans pour autant vexer des gens qui sont dans une situation nettement plus critique que moi.


Je n'ai jamais été à plaindre financièrement et j’ai toujours « très » bien vécu.

Ma vie je la gagne moi-même et je m’en sors plutôt bien.

Sauf dernièrement où je dois avouer que je me ronge pas mal les sangs par rapport aux rentrées.

Je subis les conséquences d’une crise qui a touchée certains de mes clients et je rame pas mal.

Alors je ne peux pas m’empêcher d’avoir cette boule au ventre à chaque fois que je commence une nouvelle journée !! Et pourtant je sais pertinemment, qu'au fond, je n'ai pas de raisons de me plaindre. 

Mais je suis angoissée par la situation.

 

 

Que je ne retrouverais plus jamais un amour aussi fort que celui vécu avec le Russe sans pour autant paraître fataliste.


C’était l’histoire de ma vie, enflammée, passionnelle, destructrice et pourtant tellement forte.

Depuis huit ans que nous nous sommes séparées je me sens toujours déchirée,

comme si une partie de moi était morte le jour où j’ai été obligée de le quitter.

Je sais pertinemment que j’ai bien fait de le quitter car,

si j’avais fait le choix inverse, l’un de nous serait surement mort à l’heure actuelle.

Mais en même temps je sais aussi que plus jamais je ne revivrais ça.

Et ça me fait peur !

 

 

Que parfois j’ai envie de lancer mon chat par la fenêtre en étant tout de même quelqu’un qui adore ces animaux.


Ouaip au fait tous les matins j’ai presque envie de la balancer.

Quand elle vient me planter ses griffes dans les orteils pour me dire que c’est l’heure de la nourrir.

Quand je ne peux pas prendre la décision de partir …

sur un coup de tête sans avoir mis en place une logistique « occupage de chat » .

Et pourtant je l’aime, quand elle est couchée sur moi, le soir et qu’elle ronronne de toute ses forces

ou quand elle vient au dessus de moi poser sa tête sur mes cheveux.

Juste pour me faire comprendre qu’elle est là pour moi !!

 

 

Que souvent j’ai envie de tout laisser tomber, de partir loin d’ici, pour refaire ma vie dans un pays exotique tout en sachant que cela relève plutôt du fantasme.


Parfois j’ai de la nostalgie de cette période où j’ai vécu à Moscou, où la vie était excitante au quotidien.

 

 

Que parfois j’ai envie de pleurer et de lâcher la pression sans pour autant être déprimée ou mal dans ma tête.


Oui juste envie de vider le trop de stress accumulé ces derniers temps.

Juste envie de me relâcher, de lâcher prise et de laisser mon corps se détendre …

Et de pleurer ... pleurer jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de larmes.

 

 

Qu’il m’arrive d’avoir envie d’envoyer à la tête de certaines personnes que désolée, elles ne sont pas les seules à avoir des moments de faiblesses (ex ma mère).


Oui juste parfois envie aussi de dire que moi aussi je suis fragile.

Tout le monde me voit comme quelqu’un de fort, qui ne se laisse pas abattre.

En effet, rares sont les moment où je craques…

car je me l’interdis… et pourtant …

j’ai parfois envie de crier haut et fort que j’ai aussi des moment où je doutes…

énormément !

 

 

Que, souvent, j’ai plus besoin de parler de ma situation que d’entendre des avis, même si ces derniers sont remplis de bonnes intentions.


Vous avez remarqués que quand vous avez un problème…

vous avez autant d’avis contradictoires pour le régler que d’amis. 

Moi parfois j’ai juste besoin que l’on m’écoute et je trouve la solution toute seule.

D’ailleurs souvent je trouve la solution toute seule, même si elle va à l’encontre des avis amicaux.

 

 

Que parfois j’ai juste envie de ne rien faire et de m’enfermer pendant un week-end sans devoir m’expliquer !


Oui et ça ne veux pas dire que je me morfonds dans mon canapé à manger de glace Mövenpick, quoi que !! 

(ouaip parce que c’est la meilleure) …

Non au contraire je fais un tas de chose, je range, je tries et je décore.

Je m’occupe de chez moi et ça me fait un bien fou.

Non parfois je n’ai pas envie de m’enfoncer une enième fois dans un bar bruyant ou dans un restaurant bondé.

J’ai juste envie d'être dans ma bulle et de ne voir n'y entendre qui que ce soit... 

 

 

Que parfois j’ai juste envie de dormir et de ne pas devoir me lever… le lendemain !!!


Oui ces derniers temps je suis la championne des pannes d’oreiller.

J’ai trop besoin de dormir. Et j’aimerais pouvoir dormir deux ou trois jours à la suite.

 

 

 

Bon les lapins... à part ça c'est bientôt le week-end ... et, comme tous les week-ends, il promet d'être chargé !!

Vive le repos ...


A part ça... la vie est belle non ?  


 

Photo : Kill your thoughts by Hotdevilcold - Deviantart


Rendez-vous sur Hellocoton !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Le Chat 12/07/2011 16:07



- alors on fait un blog...


- pour le dernier point oui. POur le premier appelle un plombier.


- je sais. Sauf que le mien d'ami extraordinaire est décédé, et que le manque est irréversible.


- Angoissé : oui aussi. Faut être patient et s'adapter.


- oui... et pourtant on cherche... on cherche, on y croit encore, un peu. Des fois on se dit "euréka", et puis le temps nous dit que non.


- mes chats sont libres, donc pas d'avis.


- je rêve d'un voilier en bois et foutre le camp. C'est ce qui me permet de continuer.


- bon... un bisou ?


- han... je vois.


- il te manque une écoute. et puis de toute façon : "les conseilleurs ne sont pas les payeurs".


- l'hiver, devant un feu de cheminée, regarder la neige tomber, ou l'été, assis sous un chêne centenaire et savourer une tasse de café ou de thé... Ma notion du bonheur.


- Droits, devoirs, obligations ; chienne de vie.


 


Mais notre chienne de vie, on l'aime !



Sekhmet 12/07/2011 17:40



OUiiii on l'aimeuhhh



Laurie 16/10/2010 16:15



Très joli billet ... Même si le fond est plutôt morose, il est très touchant.



Llily 12/10/2010 13:10



Ca fait du bien de te lire, même si tout ça n'est pas très positif. Moi aussi je suis d'accord avec pas mal de phrases.


Serions-nous des trentenaires célibataires tout à fait ordinaire??



Sekhmet 12/10/2010 17:57



C'est à se demander !! Merci pour ton commentaire !



fleurdemars 10/10/2010 21:26



Des hauts, des bas, on passe tous (toutes ?) par là, malheureusement... Pi on se reconnait toutes dans ce que tu dis.


Bonne fin de week-end



Sekhmet 12/10/2010 09:29



Merci ça me fait plaisir... l'impression de ne pas être seule !!



Célibataire et Stupéfiante 09/10/2010 10:45



Je me reconnais dans pas mal de choses que tu écris.


C'est quoi les glaces Mövenpick?



Sekhmet 12/10/2010 09:31



;o)) t'ai répondu dans mon dernier billet !