Sekhmet à du respect pour les femmes de sportifs...

Publié le par Sekhmet

En tant que fan de hockey je me suis parfois demandé comment les femmes de joueurs vivaient leur quotidien. Car parfois je me dis qu’elles ne doivent pas avoir la vie facile ces dames.


Il fut un temps, très lointain, ou les épouses gueulaient encore au bord de la patinoire à leur maris des « Fous-y, t’inquiète j’ai de la pommade à la maison ». Mais les temps ont changés, le jeu s’est durcit et je ne pense pas que la vie des épouses de nos joueurs soit facile tous les jours. Prenons par exemple un des étrangers qui joue dans mon équipe et qui préfère, pour la postérité (dans notre petite Helvétie), détruire totalement son genou au lieu de le soigner. Faisant lui-même joujou avec sa santé et omettant de le dire à son épouse. Naturellement que celle-ci a « fait les yeux ronds » en le voyant sur la glace.  Plus tard, terme rond ne devait plus seulement servir à définir les deux globes oculaires de la belle mais aussi la forme du rouleau à pâtisserie avec lequel elle l’attendait au retour du match ! Non mais !!! Il a pensé aux conséquences, non seulement pour l’équipe, mais pour sa famille ? Attendez !! L’homme n’est déjà pas une bête d’intérieur en soi et l’aide apportée au foyer est souvent source de négociations difficiles, mais alors si, en plus, il est handicapé et dépendant. Il est aisé de penser que Mme voudra que cette situation soit la plus brève possible. Voir Monsieur prendre des risques inconsidérés en oubliant l’ensemble des avis médicaux doit être terrible à vivre pour une épouse. Eh oui je le dis, j’ai du respect pour ces femmes (de hockeyeurs et pas de footballeurs) car leur vie n’est pas une sinécure.


C’est un sacerdoce vous voulez dire. Attendez, déjà que de vivre avec un homme ça demande un effort considérable. Souvent inapte à la vie en couple l’homo sapiens mâle à parfois du mal à comprendre que certaines règles de territoire doivent être respectés et qu’une répartition logique de tâches fait parti du quotidien. De plus si cet animal à, de surcroit, décidé de devenir un sportif d’élite dans un sport aussi viril que le hockey on peut s’attendre au meilleur, et surtout au pire! Attendez, vous pensez que de sortir avec un hockeyeur c’est glamour ?? Alors désolée de vous décevoir mesdemoiselles, je vais mettre un terme à vos fantasmes d’un coup de clavier d’un seul.


Dans un premier temps, le joueur de hockey peut avoir un effet bling bling, je l’accorde. Cependant on parle de hockey helvétique là. Pas de NHL. Pas de Football non plus ! Mais bon ok, le hockeyeur dans la fleur de l’âge est bien mignon et surtout il est musclé. Il est « sexy » y’a rien à dire. Mais attention un joueur peut cacher un homme. Quand certains ont très bien réussis, ont non seulement réussi à ne pas trop se faire démonter la figure pendant les saisons qu’ils ont passé sur la glace, mais aussi à faire une belle carrière professionnelle. Il est cependant établi que statistiquement, il y a plus de chances de se retrouver avec un homme ayant le nez cassé. Quelques dents remplacées. Quelques balafres bien placées (même si ce seul aspect est très Boom Chicka wah wah). Plusieurs os pétés. Et officiant comme entraineur de mouvement junior à la fin de sa carrière professionnelle !


Mais avant d’avoir leur homme pour elles toutes seules, qu’il soit entraineur, tenancier de bistrot ou autre membre d’une administration quelconque il va aussi falloir qu’elles aient les nerfs pour gérer la popularité de leur cher et tendre. Et c’est là que je voue un véritable culte à ces femmes qui doivent (quasiment quotidiennement) affronter une meute de pimbêches au string rose remonté à la taille. S’agglutinant en plein hiver à la sortie des vestiaires histoire d’avoir le droit d’être photographiés (ou plus si affinités…) avec l’objet de tous leurs fantasmes. Qu’elles vont devoir faire face à toutes les rumeurs, de la plus folle à la plus fondée. Celles qui impliquent leur mari. Celles où elles sont aussi impliquées. Qu’elles vont devoir entendre et encaisser attaques verbales et gestes déplacés à la place de leur époux.

Vous me direz, mais elles ont choisis et lui gagne assez d’argent ! Et là je vous répondrais que, prems, l’amour ne choisit pas toujours et, deuz, si c’était une question de fric elles feraient mieux d’aller chercher un conjoint dans un autre sport, comme, par exemple, le golf ! Quoi que… le golf… il a comme un arrière goût de scandale !

 

P.S: manifestement j'ai un problème pour insérer des images dans mes textes... pfff

Publié dans Mes reflexions

Commenter cet article

Melle Alexa 06/04/2010 23:32



En fait je pense que tous les métiers "people" (mais dans le sens "rencontrer plein de gens") sont à risque. Dans notre société, vaut mieux vivre sur une île déserte ^^



pierrot 06/04/2010 08:59



scandale...faut relativiser...ou pas! pour les images pense à les compresser en 600x800 (tlecharge gratos  VSO resizer)c'est moins lourd!