Souffrance, Fureur, Rage…

Publié le par Sekhmet

Parfois il est de ces moments où on a envie de s’arracher les cheveux avec l’ensemble des follicules ainsi que la totalité de ce qui nous sert de scalpe pour éviter de nous attaquer aux globes oculaires de certaines personnes. Parfois il est de ces moments où on se demande, redemande et reredemande (comme si une fois n’était pas suffisant, hein ?) si on a vraiment fait le bon choix, pris la bonne route, pris les bonnes décisions.

 

 

Depuis quelques jours au bureau c’est la guerre ouverte entre les divers associés. Période de fin d’année oblige nous sommes en phase de clôture de comptes et c’est là qu’arrivent tous les petits détails. Machin qui n’a pas inscrit cela, truc qui n’a pas compensé ceci. C’est normal, ça arrive aux meilleurs et l’ambiance est la même dans chaque boite dont l’activité principale est financière. Il n’est pas là le problème… non non… il est ailleurs. Il se situe dans le simple fait que sous « associés » j’entends le paternel, le cousin et moi-même et que sous « comptable » j’entends « ma mère ». Eh oui… une vraie petite entreprise familiale qui, somme toute, fonctionne bien pendant toute l’année et se change en « antre du diable » pendant les deux derniers mois de l’année.

 

 

Depuis mon retour de vacances je perçois une tension non dissimulée dans les couloirs de la boîte, je hume l’énervement et les crises de nerfs dans les différentes pièces et je ressens les rancœurs  entre les différents éléments cadres. Seuls les pauvres membres du secrétariat restent là, tête dans les épaules, yeux braqués sur l’écran dans l’espoir de se rendre invisibles et de ne pas subir les foudres de l’un d’entre nous. Moi  j’ai essayé de détendre l’atmosphère par tous les moyens, qu’ils soient futiles ou pas. J’ai joué à l’hyperactive en brassant de l’air histoire de « montrer » que nous avions beaucoup de boulot que ça servait à rien de perdre du temps en chamailleries, j’ai joué à la paresseuse, assise devant mon ordi, collée à facebook dans l’espoir que leur attention allait se porter sur ma procrastinatrice de petite personne. Mais non, rien n’y faisait, ils restaient toujours là à se bouffer le nez pour des sommes dérisoires.

 

 

Alors lundi, sentant la fureur et la rage monter en moi, j’ai lâché prise, j’ai éclaté et dit mes 4 vérités. Et que s’ils ne faisaient pas un effort je quitterais le boulot sur le champ pour aller m’inscrire dans une œuvre humanitaire à l’autre bout du monde (bon Angie… tu m’accueilles au cas où ?). Après m’avoir regardé de manière légèrement dubitative, ils ont éclatés de rire, quand ils ont vu que manifestement le rire n’était point communicatif sur ma petite personne… ils se sont renseignés sur le sérieux de ma déclaration… se rendant compte que l’heure n’était pas à la rigolade je ne les aie plus entendus… le soucis c’est que cela fait depuis le début de la semaine que je ne les entends plus, qu’ils sont assis en réunion, portes fermés, sans qu’un mot ne s’élève au dessus d’un autre. Et là j’avoue qu’avec ma secrétaire on se regarde … de manière inquiète… et j’avouerai presque que ça fait un peu vide… finalement … ils ne pourraient pas « s’engueuler un peu quand même ?? » … car là ce silence est pesant !

 

Ce billet à été écrit dans le cadre de l'Enoooorme concours de Manu.... alors si vous passez par là que vous m'aimez très fort... n'hésitez point a aller faire un tour là bas... et de le dire.

Publié dans Working Girl

Commenter cet article

aude Nectar 20/10/2009 14:28


Tiens je crois qu'on a bossé au même endroit..depuis j'ai changé de ville et de métier ! Mais j'aimais bien mes potes au boulot, une bonne ambiance de jeunes. Mais ça brassait du fric, et au-dessus
ce genre d'ambiance oui.


Chouyo 20/10/2009 12:29


Parfois, le silence est encore plus stressant effectivement !


lili 19/10/2009 21:38


j'ai connu ça et sans être trop impliquée (comment ça je me donnais pas à 100% dans mon boulot ?) c'était franchement chiant à vivre donc je compatis ;)


Apollone 19/10/2009 20:11


Jamais contente hein?? ^^


Angie 19/10/2009 16:55


Rien de nouveau sous le soleil, c'est partout la même chose. A mon avis, c'est l'effet fin d'année.